6 mai 2012

Pancakes et sauce aux bleuets, comme à Montréal

J'avais envie de partager avec vous aujourd'hui une recette rapportée du Québec ou j'ai vécu plusieurs années. Je me souviens notamment d'un périple automnal en Gaspésie ou nous avions fait le tour de la péninsule en butinant de village en village poussées par le vent, couchant dans des endroits improbables voire parfois dans la chambre de la fille de la famille gentiment prêtée devant notre mine dépitée de ne pas trouver d'endroit ou dormir.   La journée commençait toujours par un copieux petit déjeuner comme savent en faire les nord américains où muffins, toasts,  œufs et bacon sont servis à profusion. Mais le meilleur petit déjeuner dont je me souviens fut composé des plus délicieuses pancakes que j'ai jamais mangées : légères, moelleuses, parfumées et accompagnées d'une sublime sauce aux bleuets sauvages de Gaspésie. On en avait mangé "à s'en faire péter la sous-ventrière" et j'en garde 20 ans plus tard un souvenir ému !

Mais des bleuets késako ? On ne parle pas ici de ces jolies fleurs printanières qui égaillaient jadis les champs de blé en compagnies du poétique coquelicot (je parle ici du temps ou on laissait vivre les fleurs,  aujourd'hui tout cela est bien révolu, on ne veut plus voir que des épis tous à la même hauteur à perte de vue et oust les coquelicots, qu'ils se contentent d'inspirer les paroliers de chansons tristes !). Non le bleuet est le terme qu'emploient les québecois pour nommer leur myrtille sauvage, la perle bleue du Québec. Et on ne parle pas ici de myrtille cultivée, mais d'un petit arbuste nain donnant de minuscules baies bleues au goût incomparable. Un délice, surtout quand il est dégusté au détour d'une ballade avec vue panoramique sur la baie du fleuve Saint Laurent.

Bien sur impossible de trouver des bleuets en France pour recréer ce petit déjeuner magique, il faudra donc se contenter de myrtilles et qui plus est surgelées en cette saison. Pour les pancakes par contre aucun succédané ne sera toléré : Elles seront donc au lait ribot sinon rien !

Pour ceux qui ne connaissent pas le lait ribot, il s'agissait à l'origine de babeurre c'est à dire le liquide clair récolté lors du barattage du beurre. De nos jour le lait ribot que l'on trouve dans le commerce est plutôt du lait fermenté, une sorte de yaourt à boire très liquide obtenu avec des souches bactériennes un peu différentes de celles du yaourt.  On le trouve en supermarché au rayon du lait frais.

En ce qui concerne la farine personnellement j'ai utilisé  un mélange composé pour moitié de T45 à pâtisserie et de farine Manitoba qui est une farine canadienne riche en gluten. La farine tout usage canadienne est plus riche en gluten que la nôtre, c'est la raison pour laquelle j'ai décidé de faire ce mélange pour coller le plus possible à la recette d'origine. Si vous n'avez pas de farine canadienne sous la main - la mienne est une farine Bio de marque Priméal estampillée farine pour pizza - vous pouvez utiliser de la T55 disponible en grande surface qui devrait faire l'affaire (elle risque cependant d'absorber moins de liquide donc ne pas rajouter tout le lait ribot d'un coup pour être sur de ne pas avoir une pâte trop liquide).

Une fois que vous avez mis la main sur les myrtilles et sur le précieux lait ribot, vous êtes prêts pour votre voyage express au Québec !



Dans un récipient compatible micro-onde verser 75g de lait et 50 g de beurre puis faire fondre le beurre 1 minute au micro-onde. Une fois que c'est fait rajouter 500 ml de lait ribot et 2 œufs puis mélanger.

Dans un saladier peser 250 g de farine et rajouter 1 généreuse pincée de sel, 1 sachet de sucre vanillé, 2 cuillères à table de sucre,  2 cuillères à thé de poudre à pâte et 1 cuillère à thé de petite vache.

Comment, vous ne savez pas ce qu'est une cuillère à table ou une cuillère à thé et encore moins de la  poudre à pâte ou de la petite vache? Pfff mais il faut réviser votre québécois que diable sinon vous allez êtres tout écartés (traduire : "perdus") quand on sera sur place ! :p  Bon pour ceux qui n'ont pas rapporté dans leurs bagages les très précieuses mesurettes qui vont bien je vous la refais en français:
Dans le saladier peser 250 g de farine et rajouter 1 généreuse pincée de sel, 1 sachet de sucre vanillé, 30g de sucre,   4 g de levure chimique (soit un peu moins d'un demi sachet) et 2 g de bicarbonate de soude (en gros 3/4 d'une cuillère à café rase, au Québec la marque la plus connue de bicarbonate arbore une belle vache pie-noire sur son emballage d’où le surnom de "petite vache") .

Démarrez ensuite la sauce aux myrtilles : Dans un récipient compatible micro-onde verser 450g de myrtilles surgelées, 50g de sucre et 50 g de beurre. Faites chauffer au micro-onde jusqu’à ce que les fruits soient décongelés et le beurre fondu puis saupoudrer d'une cuillère à café de farine tamisée, mélanger et laisser épaissir doucement la sauce dans une casserole à feu doux en remuant de temps en temps. Juste avant de servir gouter pour ajuster éventuellement la quantité de sucre, personnellement à ce stade je mets toujours 1 ou 2 tours de moulin à poivre (un très bon poivre blanc, ou aujourd'hui du poivre sauvage de Madagascar) afin de couper l'acidité des fruits et de parfumer la sauce.


Revenons à nos pancakes : Faites préchauffer une grande poêle à feu moyen et la graisser avec une noisette de beurre. Une fois que c'est fait (et seulement la: on ne mélange pas la pâte à l'avance dans cette recette!) ajouter les liquides dans les solides et mélanger rapidement avec une cuillère en bois. Il faut juste homogénéiser mais sans trop insister : ce n'est pas grave s'il reste quelques grumeaux ici ou la.


Verser ensuite 1/2 louche de pâte dans la poêle (si cette dernière est assez grande vous pouvez faire 2 à 3 pancakes en une fournée) et attendre que les bords soient solidifiés et que des petits trous apparaissent en surface avant de retourner, ça prend en gros 2-3 minutes. Cuire quelques minutes de plus sur l'autre face puis réserver sur une assiette et enchainer la production jusqu’à épuisement de la pâte.

Et voila il ne vous reste plus qu'à rameuter toute la famille et à décoller pour le Québec le temps d'un petit déjeuner. Merci de me rapporter une cane (traduire "boite de conserve") de sirop d'érable au passage...   ;)




Mon petit truc : Cette sauce aux myrtilles convient également très bien pour napper des belles gaufres toutes chaudes et croustillantes, en compagnie bien sur d'une voluptueuse crème chantilly maison. Encore une petit déjeuner digne d'un roi...

2 commentaires:

anne-marie a dit…

OUF!! J'ai trouvé ce matin la fameuse farine Manitoba, et je m'inquiétais un peu de savoir si je retrouverai la recette où tu en parles!
C'est ma spécialité de chercher partout un ingrédient et quand au bout d'un certain temps,je le trouve, je ne sais plus ce que je voulais en faire! manque certain d'organisation...
Bon ,je suis pas encore au bout de mes peines, va falloir encore acheter du lait Ribot, je crois avoir vu ça à Lec... mais finalement comme c'est devenu du "yaourt" au lieu du babeurre , est ce bien nécessaire?

Tarte-en-Cuisine a dit…

Ha c'est super que tu en ai trouvé, tu vas voir cette farine est magique que ce soit pure ou en mélange pour faire de la brioche ou même du pain et plein d'autre choses...

En ce qui concerne le lait ribot, indéniablement il apporte du moelleux et du gput au pancakes donc c'est un plus. Par contre je me suis fait la reflexion qu'on pourrait surement le remplacer par du levain qui aurait été rafraichit au lait, je pense essayer ca un jour prochain pour voir ce que ca donne ;)

Enregistrer un commentaire

N’hésitez pas à laisser un petit mot ;)

Fourni par Blogger.
Blog contents © Tarte en Cuisine 2010. Blogger Theme by Nymphont.